• Histoire

    XIV ème siècle


    Aussi loin que l’on puisse remonter, c’est au XIV ème siècle, semble t il, que le nom des Seigneurs d’Arricau apparaît pour la première fois, lors des hommages rendus aux souverains du Bearn.

    XVI ème siècle


    Jean d’Arricou, alors secrétaire du roi de Navarre, ( futur Henri IV, roi de France ) , se convertit au protestantisme – vers 1570. La réforme entreprise en Europe du Nord se répand rapidement en France, les réformistes revendiquent un retour aux fondamentaux du christianisme, particulièrement, en s’affranchissant des biens matériels… Coup du sort, qu’en conclure? puisque fraichement converti Jean d’Arricou- abbé de Montpezat, profite de la confiscation des biens ecclésiastiques pour reconstruire et embellir son château…

    Aujourd’hui


    Malgré la Révolution, et les aléas du temps, le château est aujourd’hui presque conforme aux premières descriptions: « installé sur une ancienne motte féodale, étayée d’un mur à contreforts – accès méridional. Le corps principal, à l’époque est précédé d’une basse cour – (dont plus rien malheureusement ne subsiste). C’est à cet endroit qu’ont été retrouvées lors d’une campagne de fouilles, les fondations d’une chapelle dédiée à Saint Martin.

    On accède au domaine par un large portail à piliers de pierres, quelques mètres séparent ce dernier d’un escalier abrupte et à la porte du logis . Accès unique d’une cour close, dite la cour des gardes. Le château est organisé autour de cette cour, avec de part et d’autre la tour hexagonale, et la tour Saint Michel.

    Au sud de la terrasse, un corps de bâtiment secondaire est flanqué d’une tour carrée construite probablement au XIXème siècle. L’intérieur est orné de boiseries XVIII ème (provenant certainement de l’église locale) et de cheminées. Un pigeonnier circulaire en appareillage de pierres est construit à l’angle de la terrasse est. »

    Néanmoins, si le château a conservé son aspect d’origine, bien des évolutions ont été apportées au fil des siècles. C’est pourquoi la dernière campagne de travaux entreprise il y a moins de 10 ans par l’actuel propriétaire a tenté d’effacer les aléas du temps, de revenir à un état presque originel.. Si peu d’éléments de décors intérieurs subsistent, si peu d’éléments d’histoire nous sont parvenus, les détails de ferronnerie ou d’architecture témoignent du passé prégnant de ce petit château perché dans la campagne béarnaise.

    Le château est classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1988.

    dernière campagne de travaux (2006-2010): toitures (reprises des charpentes, couvertures et gouttières cuivre), sols intérieurs (pierres et parquets), mise aux normes, rénovation des peintures …

    « Béarnais, qu’es tu donc?
    Peu quand je m’estime, beaucoup quand je me compare… »

    sic. Abbé Maury cité par Paul de Lagor